Artistes 2021

©Pierre Daendliker

Bastien Alvarez
The Lonely Walk


Fais comme chez toi, Sion | Théâtre de Valère | Jeu. 30 sept. – 19h | Ven. 1er oct. – 20h15

Ce numéro de cirque est une invitation à entrer dans l’intimité d’un personnage dont les repères ont été balayés. Mis à rude épreuve par la vie, la société et ses proches, il tente tant bien que mal de retrouver un but, une direction ; conscient de ce qu’il a laissé derrière lui et qu’il ne retrouvera jamais. Acceptant ses failles et ses défauts, acceptant son humanité profonde, il vous laisse entrevoir, le temps d’un instant, ses cicatrices. A la fois fataliste et battant, il s’élève, se libère, retrouve pour un court instant ces sensations si longtemps oubliées et bafouées.

©Pierre Daendliker

Naïka Aymon
A la jonction de l’intersectionnalité


Fais comme chez toi, Sion | Petithéâtre | Jeu. 30 sept 20h30 | Sam. 2 oct. 19h

Très souvent trop peu représentée, la femme noire se fait rare sur scène. Et lorsqu’elle est présente, elle est souvent cachée à contrario de l’homme cis hétéro blanc, représenté partout et possédant énormément de privilèges. Ce contraste évident met le doigt sur les injustices et inégalités sociales qui sont beaucoup trop présentes dans notre milieu. L’intersectionnalité existe et je me bats férocement afin d’y faire face. Durant des siècles, on a séparé les êtres humains en deux groupes dont l’un a subi l’exclusion et l’oppression et l’autre a exercé sa domination et son pouvoir. L’envie me tenaille de dire à ce dernier que j’appartiens autant à l’espèce humaine qu’un homme et que je suis aussi digne d’être prise en compte. Depuis deux ans maintenant, je travaille au mat chinois avec un mannequin homme blanc. Il représente pour moi, le privilège, la suprématie et le pouvoir. Tout au long du numéro notre relation évolue, et je finis par prendre le dessus.

©Pierre Daendliker

Benjamin Bender
Libre


Fais comme chez toi, Sion | Petithéâtre | Ven. 1er oct. – 20h45 | Sam 2 oct. – 20h

« Il peut être violent et passionnel. Il peut être tranquille et modeste. Il peut être jubilatoire et tragique. Il peut être angoisse et souffrance. Il peut être pathétique et même un peu ridicule. Mais il y a une chose qu’il ne peut jamais être : il ne peut jamais être honteux. » Jörn Svensson

©Pierre Daendliker

Térence Carron
Un silence à la dérive


Fais comme chez toi, Sion | Petithéâtre | Jeu. 30 sept. – 19h30 | Sam. 2 oct. – 20h

Quelle est cette musique dans ma tête, ces histoires, ces mots qui résonnent, qui me troublent et qui me définissent? Une insomnie, une sortie nocturne, une nuit blanche puis une lueur au petit matin, le besoin de marcher et de dire ce qui traverse l’esprit. Un témoignage pour l’invisible, une confession avec une personne d’apparence humaine ou un public. Comment découvrir son identité à travers sa disparition tout en considérant celle des autres? 

©Pierre Daendliker

Claire Frachebourg
Foehn


Fais comme chez toi, Sion | Eglise des Jésuites | Jeu. 30 sept. – 21h | Ven. 1er oct. – 20h15

FOEHN est une performance sonore du collectif ??? crée au printemps 2021, lors d’une résidence à l’église de Jésuites. Dans un monde de courant continu, les trois performeuses se joue du vent pour en jouer. Elles intègrent ses constituantes physiques comme esthétique visuelle autant que sonore. Elles plongent ainsi dans une timelaps étirée et soufflée. Au dedans, le son essaie de prendre sa place dans son véhicule aérien. Par des épiphénomènes, des obstructions, des îlots de rencontres, des bulles de respiration, le collectif ??? tient la barre du voilier. Et cela sonne, fait sonner et résonner par vague les tubes des orgues ainsi que les flûtes des angelots. Un voyage sensoriel, poétique et immersif.

©Pierre Daendliker

Alex Ghandour
Le chant du risotto


Fais comme chez toi, Sion | Eglise des Jésuites | Jeu. 30 sept. 19h | Sam. 1er oct. 18h

En profonde concentration je réalise un risotto et invite le spectateur à écouter son chant. Leson produit par la cuisson du risotto est essentiel à sa bonne réussite. L’état dans lequel jeme plonge à pour objectif de charger le risotto. La transformation du riz d’un état vers unautre ainsi que mes gestes simples et décidés me permettent de construire une narrationproche d’un rituel chorégraphié.

©Pierre Daendliker

Romain Iannone
Enérgeia


Fais comme chez toi, Sion | Eglise des Jésuites | Ven. 1er oct. – 21h15 | Sam. 2 oct. 21h15

Enérgeia est une collaboration que j’engage avec mon harmonium en lui donnant un souffle. Je cherche des formes, des rythmes, des harmonies que je déplace et tiens au fur et à mesure de mes improvisations en créant un espace sonore planant.

©Pierre Daendliker

Sophie Vergères
Paradiseville


Fais comme chez toi, Sion | Théâtre de Valères | Sam. 2 oct. – 17h – 20h30

Bienvenue. Nous espérons que nous sommes bien installées. Que nous sommes prêtes à démarrer. Prêtes à nous coller. A nous taire, à nous regarder. Nous prendre dans les fils. Ne plus résister. Nous entendre nous abandonner. De nos mains, nous tissons une toile pour nous piéger. De notre langue, nous tissons un lit où nous allonger. C’est un autoportrait. Autoportrait le doigt sur la bouche. Les yeux fermés. Nous allons nous présenter. Nous sommes multiples. Nous sommes marguerites. Nous allons. Nous partons. Nous ne sommes qu’arrivée et départ. Bienvenue. Nous allons recommencer.

Artistes 2022

Découvre le programme complet des Rencontres

Philippe Annoni
Dissonance essentielle


Weekend Prolongé, Fribourg | GATE | Ven. 16 sept. – 20h30 | Sam. 17 sept. – 20h30
Fais comme chez toi, Sion | Cave à Jazz | Jeu. 6 oct. – 19h | Ven. 7 oct. – 19h

« On ne sait jamais très bien ce que les gens retiennent de nos enseignements, parfois on est très surpris, nous n’avons pas de contrôle sur ce qui se passe vraiment » – Jean Yves Ruf. Un beau matin où il doit enseigner, Martin se réveille sous un énorme tas de feuilles, non préparé, au milieu de sa salle de classe. Doté d’une personnalité remplie d’ego et de fierté, il lui est impossible d’avouer que rien n’était calculé, il enchaîne et donne son cours. Il puise dans des listes de mots et de savoir désorganisés et cherche à leur donner une forme organique : 312 = 219, couleurs d’Harmonie, 9e augmenté, tierce picarde, inter changement de mode, 8 bit, gamme tempérée occidental.

Sarah Bender
Collectif AHHHH
Chez nous


Fais comme chez toi, Sion | Petithéâtre | Mar. 4 oct. 21h | Merc. 5 oct. 20h

Un souvenir palpable, une ébauche d’histoire, des bribes d’anecdotes.
Des mots, des images, un rêve.
Une sensation de retrouvailles, de chaleur, de bien-être.
Un moment simple, un sourire, de la douceur.


Une mémoire vulnérable, un peu sensible, peut-être invisible.
Des détails, en répétition, une accumulation.
Des allers-retours, des hésitations, une tension.
Une instabilité, pouvant être rassurée, une absurdité. Sous contrôle, sans contrôle, des déformations.
Bizarre et stupide, en stress, se pressent.
Une inversion, cherchant repairs, pas de sens en soi.

Aline Bonvin et Joséphine Thurre
Collectif PLAJE
L’âge que j’avais


Fais comme chez toi, Sion | Théâtre de Valère | Jeu. 6 oct. – 20h45 | Ven. 7 oct. – 20h

Cinq femmes qui se remémorent leur passage à l’adolescence, leurs expériences de filles devenues adultes, la réalisation de la transformation de leurs corps d’enfant à présent perçus comme des corps-objets. Cinq comédiennes qui éprouvent les injonctions liées à leur statut de « femme » dans la société actuelle, avec l’apparition de phrases qu’elles auraient voulu oublier aussitôt après les avoir entendues, de remarques sexistes, de gestes déplacés. Cinq amies qui se partagent leurs joies, leurs peines et leurs souvenirs laissés par certains événements, certains mots, certaines sensations qui les ont touchés. Cinq vécus féminins, rédigés, romancés, poétisés. Cinq témoignages qui s’entremêlent, font échos et permettent aux actrices de respecter et de s’emparer des mots de l’autre, afin de transmettre une parole universelle.

Clara Cesalli
les Furigond·e·s
Nanarrette


Fais comme chez toi, Sion | Place des Théâtres | Mer. 5 oct. – 18h30 | Ven. 7 oct. – 18h30

Nanarrette est une création interactive, jeune public (dès 9 ans), non-verbale, qui emmène son public au coeur des conflits et clivages que peuvent générer la prise de conscience de la crise écologique, dans un univers clownesque et ludique.

Emeric Cheseaux
la révérence


Weekend Prolongé, Fribourg | GATE | Ven. 14 sept. – 18h | Sam. 17 sept. – 18h
Fais comme chez toi, Sion | Petithéâtre | Jeu. 6 oct. – 20h | Ven. 7 oct. – 21h45

la révérence, c’est la performance théâtrale d’un comédien qui, à travers la voix des autres, raconte des espoirs familiaux déçus par son coming-out d’orientation professionnelle, revient sur son départ à la ville et tente de réconcilier le monde de l’hérité et celui de l’identité. Succession d’imitations, cette autofiction retrace la petite odyssée d’un jeune adolescent et dresse avec humour les portraits pudiques des « gens de par chez lui ».

Alex Ghandour
Simplicial complexe collapse


Weekend Prolongé, Fribourg | Les Menteurs | Mer. 14 sept. – 19h45 | Sam. 17 sept. – 20h30
Fais comme chez toi, Sion | Théâtre de Valère | Mar. 4 oct. – 20h

En topologie, un collapse est la transformation d’un complexe simplicial en un autre sub complexe. Petit monde de possible, île isolée à la végétation transdimensionnelle, maquette d’univers rêvé, c’est un paysage fantaisiste qui se déploie devant le public. Une source lumineuse surréel démarque les reliefs, une exploration sonore activée par le souffle de la musicienne invoque les mouvements de l’air, une non-céréale, le sarrasin, fabrique une roche faite de milliers d’éléments pyramidaux. Ce monde construit est source de convoitise pour les milliers de trésors que son sous-sol offre. Très vite, l’idylle s’estompe et laisse place à l’acharnement de géant.es affamé.es.

Shannon Granger
Grape Greatfruits


Fais comme chez toi, Sion | Cave à Jazz | Mer. 5 oct. – 19h | Jeu. 6 oct. 21h45

« Et se crée dans Carcasse un bouillonnement sourd, une ébullition d’abord douce, mais qui peu à peu monte en puissance et se propage, et il en faudrait peu pour que Carcasse explose de cette ébullition, et que le monde connaisse le volcan Carcasse. »

À travers le texte Alors Carcasse de Mariette Navarro, deux êtres reprennent possession de leur corps-carcasse pour sauver leur feu intérieur menacé par les vents extérieurs.

Rachel Morend
Fais comme chez toi! Ok, mais je peux garder mes chaussures?


Fais comme chez toi, Sion | Petithéâtre (foyer)| Ven. 7 oct. – 21h

Fais comme chez toi ! – Ok, mais je peux garder mes chaussures ? Derrière le bar du Petithéâtre, Rachel s’occupera de nettoyer des verres, de faire des cafés et d’ouvrir du rouge. Avec son tire-bouchon, ses câbles, ses micros et ses chaussures, Rachel se permettra de faire comme chez elle. Vous pourrez, vous aussi, garder vos chaussures.

Ludmilla Reuse
Cie 2LA
Mafiosas


Hors les murs
Théâtre les Halles | Du 4 au 15 oct.

Fermez les yeux et pensez à un film qui vous a marqué.
Vous l’avez ?
Maintenant, par rapport à ce film, posez-vous les questions suivantes :
– Y a-t-il au moins deux personnages féminins identifiables dont on connaît le prénom ?
– Parlent-elles l’une avec l’autre ?
– Parlent-elles d’autre chose que d’un personnage masculin ?
Si vous avez répondu « non » à au moins une des trois questions, ce film que vous affectionnez a échoué le test de Bechdel – Wallace… Ce test vise à mettre en évidence la différence de représentation en fonction du genre dans une œuvre de fiction. Les résultats déprimants de ce prisme de lecture nous ont inspiré l’envie d’inventer une histoire du cinéma plus inclusive, en se ré-appropriant les rôles de mafieux célèbres qui ont formé nos yeux.

Mélissa Rouvinet
Je suis un milieu


Fais comme chez toi, Sion | Eglise des Jésuites | Mar. 4 oct. – 19h15 | Mer. 5 oct. 20h45

« Les gestes pourraient avoir pour fonction de combler l’espace vide séparant les individus les uns des autres. » Stéphane Hugon dans L’étoffe de l’imaginaire Comment fait-on usage du monde? Quels sont nos modes d’interactions pour se dire, se raconter et se rencontrer. Quels gestes nous racontent? Qu’il soit linguistique, cérémoniel, instinctif, mais aussi inapte, inefficace. Ce geste qui provoque le détour, le contre temps, cette maladresse qui se transforme en beauté. Des gestes a priori insignifiants, des les situations banales qui génèreraient des potentiels points d’appuis pour creuser des formes qui deviendront sculpturales ou performatives, si ce n’est les deux réunies.s

Elise Taiana
Compagnie Birdlane
A l’ombre du doute


Fais comme chez toi, Sion | Théâtre de Valère | Mar. 4 oct. – 21h45 | Mer. 5 oct. 19h

Ici on se cache dans une vie désertique. Cléo est obnubilée par l’absence de sa sœur jumelle Lena. Elle en devient l’ombre de son corps. C’est vrai qu’elle aimerait réussir à traverser la rue sans tirer tout ça. Mais l’autre trottoir, c’est loin. Comme desséchée, on regarde les nuages. Rien n’est plus comme avant. Lena a pris le large, tendu sa voile. On ne veut pas montrer ce qu’il y a dedans. Alors que Cléo tourne en rond, Haku la provoque. Il ne peut plus la voir s’embourber dans du vide. Même les masques vivants de couleur viennent toquer à la porte. C’est peut-être un lien absolu, mais complètement impalpable qui la coupe de la réalité. Il faut verser de la vie dans sa vie pour affronter le rien.

Sophie Vergères
V-Create
Dekarnation


Fais comme chez toi, Sion | Eglise des Jésuites | Jeu. 6 oct. – 20h45 | Ven. 7 oct. 20h

Je touche, tu touches, nous touchons. Ou du moins, on essaie. Je pars, tu pars, nous partons. Comme nous avons toujours essayé de le faire. dekarnation, est une piece de danse à travers l’impossibilité d’être ensemble, une recherche à travers la valeur du désir.

La chorégraphe Sophie Vergères (CH) invite les chorégraphes Marioenrico D’Angelo (IT) et Max Levy (USA) à entreprendre ensemble un voyage à travers les poèmes de l’écrivaine Eva Maria Leuenberger. Dans la vallée, les marais et les gorges, on rencontre des corps disparus et des mondes engloutis. Sur la musique de Philipp Rumsch (DE), trois danseurs échangent leur souffle, leur peau et leurs os. Ils ne font qu’un, ils échappent à l’étroitesse de la solitude pour se retrouver dans l’immensité de la solitude. Entre-temps, ils se rencontrent par hasard. Marée haute et marée basse, l’eau qui monte et le ciel qui descend. C’est à la fois un voyage et un adieu: comment disparaître pourrait être la meilleure façon d’aimer.

Anouk Werro
Chakra de la gorge en surexploitation


Weekend Prolongé, Fribourg | GATE | Jeu 15 sept. 18h30
Fais comme chez toi, Sion | Théâtre de Valère | Mer. 5 oct. – 21h30 | Jeu. 6 oct. 19h

«Autoportrait, je n’comprends pas |…| c’que ça veut dire. Inspire. Non j’comprends pas! Comment voulez-vous que je me décrive? Y a des portraits de moi, c’est les autres qui peuvent le faire (le faire) autant de gens que je connais autant de portraits de moi… Euh ils sont tous valables, mais moi j’ai rien à dire sur moi.»